Carnet n° 577 du 21 octobre 2019

« La chasse est ouverte »

Si le calendrier officiel de l’ouverture de la chasse dans le Nord a été fixé par arrêté préfectoral à la date du 15 septembre 2019 et ce, jusqu’au 29 février 2020, ce qui le fait correspondre à quelques semaines près à celui de la campagne des municipales et si, durant un mois, à Villeneuve d’Ascq, elle ne s’est manifestée que par quelques « coups de feu » épars venus d’ici ou là de manière un peu désordonnée,

on peut considérer qu’une des oppositions de droite qui compte 4 élu (e)s municipaux à Villeneuve d’Ascq l’a ouverte ce mardi 15 octobre lors du Conseil Municipal consacré au Budget supplémentaire 2019.

Finie « la touchante unanimité » des conseils précédents et les belles paroles de leur premier document de campagne sur l’état de la ville, voire le bilan du Maire, « la chasse est ouverte »

Oui, la chasse est ouverte mais pour tirer sur qui et sur quoi ?

Sur Gérard Caudron bien sûr et ce n’est ni nouveau, ni une surprise…

Mais de là à « dénoncer ma conversion récente à l’écologie »… il y a de quoi me mettre en colère.

Qui peut oser et avec quel degré de mauvaise foi ne pas reconnaître que Villeneuve d’Ascq est une ville verte, nature et de plus en plus nourricière ?

Qui peut dire qu’en tant que Maire, je ne suis pas celui qui a sauvé de l’urbanisation des centaines d’hectares dont plus de 300 hectares de terres encore aujourd’hui cultivées… avec tout ce que cela implique de résistance aux « lobbys du bâtiment » ?

De l’écologie au quotidien à l’urgence écologique, de la ville nature à la ville nourricière, si Villeneuve d’Ascq peut s’enorgueillir aujourd’hui de 1000 hectares de parcs, espaces naturels, espaces verts, jardins, forêts et lacs et 250 000 arbres sur le domaine public, n’est ce pas le résultat d’une volonté politique constante de ma part et de mes équipes depuis 1977 ?

Honnêtement de la part de mes adversaires, si je m’attendais à tout, sûrement pas à cela.

Sans doute le reste est à venir même si le passé n’en a pas été exempt de la part de certain(e)s de ces mêmes élu(e)s de droite…

Certains me diront que c’est peut être mieux ainsi … peut être, mais moi je le regrette !

On peut ne pas être d’accord sur tout, mais il n’est pas pour autant nécessaire de déformer les réalités, voire pire…

La Démocratie n’a rien à y gagner.

Oui donc « la chasse est ouverte », la chasse aux élu(e)s en place pour les combattre ou essayer de les rallier, de les acheter, avec la bonne vieille méthode « de la carotte et du bâton »…

Cela ne me fera pas changer de ligne, même si celle que j’ai choisie n’est pas la plus facile à mettre en œuvre quand, pour faire une large équipe, et compte-tenu du nombre de celles et ceux qui manifestent le désir de la rejoindre, il faut faire des choix entre des sortant(e)s y compris dont « certain(e)s n’ont pas démérité » et des entrants nécessaires pour se renouveler, voire se ressourcer et s’élargir pour rester le plus possible au plus près des Villeneuvois(es) dans leurs diversités en tous genres.

Je connais des partis politiques qui ont, auraient ou auront bien du mal à trouver 49 noms pour constituer une liste. Pour ce qui me concerne, j’ai aujourd’hui un potentiel d’au-moins deux fois plus et même beaucoup plus…

Pour beaucoup d’entre-elles et eux, j’attends de les voir à l’œuvre durant les 2 prochains mois et demi avant de présenter ma liste « Ensemble pour Villeneuve d’Ascq 2020 » après le 15 janvier 2020.

« Vouloir être » est une chose, prouver qu’on est capable « d’assumer » et « d’assurer » durant 6 ans une tâche prégnante au service de sa ville et de ses habitants, en est une autre.

En matière élective, « un bon CV » n’est pas suffisant et une étiquette politique… encore moins.

Oui donc vraiment, à Villeneuve d’Ascq aussi comme ailleurs dans la plupart des communes, avec des modes sans doute différents « la chasse est ouverte » avec d’ailleurs de la part des représentants du « Parti Présidentiel » un réel basculement entre, au départ, un esprit de conquête assumé avec souvent « un rien (sic) » d’arrogance et aujourd’hui le désir de « sauver les meubles », de s’assurer un minimum d’élu(e)s, voire d’éviter le sort des passagers du Titanic…

Car si « la chasse est ouverte » au niveau des communes, elle l’est aussi depuis la rentrée au niveau national, que ce soit en termes de « réformes » insupportables comme celle de  la retraite à points  ou en termes de sécurité à tous les niveaux, sinon d’identité Républicaine.

Ce n’est pas moi qui « tirerait sur l’ambulance » au moins pour ce qui concerne la sécurité, sinon en redisant que « les petites lâchetés » conduisent toujours aux plus grandes et donc aux pires conséquences.

Si j’avais un conseil à donner à notre Président de la République, ce serait de retirer son projet de retraite par points, comme je m’étais permis en 1984 de « conseiller » au Président Mitterrand (qui m’avait, lui, demandé mon avis), de retirer la loi Savary sur l’enseignement privé, un conseil à M. Macron que j’assortirais de l’expression d’un désir de voir « l’État » retrouver ses fondamentaux en matière de sécurité, de défense, de justice sociale, d’aménagement du territoire, d’environnement, de Liberté et de laïcité… en laissant aux communes les moyens légaux et financiers de gérer l’exercice de la citoyenneté au quotidien.

Tous les élu(e)s locaux de toute couleur politique le lui demandent dont les Maires dont on dit, à juste titre, qu’ils sont « en peine ».

Alors, sur ces plans, sans pouvoir prétendre d’un côté et espérer de l’autre « fermer la chasse », il faudrait au moins mieux la réguler et si possible « l’apaiser ».

Si la chasse est donc ouverte au niveau local comme au niveau national, elle l’est malheureusement aussi au niveau européen avec une constitution de la commission européenne en panne, (« un conseil », Monsieur le Président, proposez Michel Barnier comme commissaire français. Il est de droite comme vous et en plus « il est bien »),

avec « un Brexit  qui n’a pas fini d’en finir » (une leçon pour tous ceux qui seraient tentés par une même aventure),

une impuissance extérieure lamentable vis-à-vis des États-Unis et de la Turquie, une Turquie qu’on laisse massacrer les Kurdes tout en lui laissant tous les avantages d’un statut économique et financier mirifique aux portes de l’Union Européenne.

« La chasse est ouverte » pour tous les adversaires dans le monde de la Démocratie et de la laïcité face à des démocrates et à des laïcs aphones et culpabilisés dès qu’ils affirment vouloir se défendre !

« La chasse est ouverte » pour les pollueurs de « tous poils » de notre planète aux noms et à cause des mythes des marchés ouverts, des droits de propriété, de « la loi du plus fort » et surtout de la finance et « du fric à tout prix ».

Alors, c’est vrai, comme chaque semaine, j’essaie de me raccrocher à des motifs d’espoir au niveau local et plus particulièrement à Villeneuve d’Ascq, avec nos réussites économiques (même si les Restos du cœur sont venus me dire l’ampleur accrue de leurs besoins en particulier pour les étudiants), le week-end « Pom’expo » qui pour sa 17ème édition en 34 ans, prouve et montre le chemin parcouru dans le domaine nourricier à partir du verger conservatoire, « les Mères pour la Paix » en congrès à la Rose des Vents qui, depuis 25 ans, se battent un peu partout dans le monde depuis Sarajevo en 1994 jusqu’aux Kurdes aujourd’hui, après et toujours l’Afghanistan sans oublier le continent africain, et même, « cerise sur le gâteau », la belle victoire de nos guerrières de l’ESBVA samedi soir avec « un panier à 3 points » à la dernière seconde (un peu de pommade sur la plaie de la triste défaite du LOSC à Toulouse) et après une AG, halle Canteleu, toujours aussi agréable, celle des Archers de la Saint-Sébastien.

Oui, à l’heure de la chasse, il est des moments et des endroits bien agréables encore…

Sera-ce suffisant pour m’aider à tenir ? pas sûr diront certains… sans doute murmureront d’autres… (dont moi-même).

Car comme le disait François Mitterrand :

« Dans les épreuves décisives, on ne franchit correctement l’obstacle que de face »,

sachant que :

« L’action politique, à certaines heures, est comme le scalpel du chirurgien, elle ne laisse pas, de place à l’incertitude ».

Et en n’oubliant jamais que si :

« Dans la vie politique, on ne se fait pas, on ne se crée pas de véritables amitiés. On a quelques bons compagnons ».

Lien Permanent pour cet article : http://www.rassemblementcitoyen.org/?p=5089