Carnet n°717 du 27 juin 2022

« Un Président dans la tourmente ? »

La semaine qui vient de s’écouler en a fait la démonstration jour après jour : notre Président de la République, Emmanuel Macron, est dans les nuages sinon dans la tourmente.

S’il a en effet tenté d’essayer de montrer durant d’abord quelques heures depuis Paris, puis depuis Bruxelles et  hier dimanche , depuis les Alpes bavaroises qui accueillent le G7 , 

 que   «  Jupiter  est encore  assis sur son trône  tenant d’une main la foudre et de l’autre, un sceptre emblème de la force qui gouverne « ,

les chiffres des sondages sont cruels pour lui 2 mois après sa réélection, avec un taux de confiance des Français(es) qui s’effondre à 38% contre plus de 60% de mauvaises opinions, tout comme ceux de sa Première Ministre Madame Borne qu’il vient pourtant de confirmer dans ses fonctions.

C’est du jamais vu sous la Vème République !

Non seulement aucun Président ,nouvellement élu ou réélu, n’a enregistré de tels scores, non seulement il lui manque 44 député(e)s sur 577 pour avoir à l’Assemblée Nationale un vote de confiance et pour faire passer quelque texte que ce soit, 

mais tout ce qui est ressorti  » des discussions et des bavardages de couloirs « , des petites phrases sur les réseaux internet et de déclarations  » solennelles  » sur les plateaux de télévisions 

n’a fait que nous confirmer que notre Président a « perdu les pédales » , qu’il est dans les nuages sinon, d’ores et déjà, dans la tourmente, à un moment où de terribles crises s’aggravent à tous les niveaux avec Vladimir Poutine qui bombarde Kiev  quand s’ouvre le G7, des perspectives mortifères de pénuries en Europe et ailleurs sur la planète par manque de gaz ou de blé (pour ne prendre que 2 exemples),

tandis que la plupart des pays occidentaux plongent dans l’inflation, le surendettement avec des  risques de « quasi émeutes  » du fait de l’appauvrissement des populations les plus pauvres sans oublier le COVID qui, nous dit-on, connait sa 7ème vague…

                et toutes les autres conséquences induites par ces crises majeures qui s’agrègent dangereusement …

Du jamais vu, disais-je, dans le monde et plus particulièrement en France où si Monsieur Macron a été réélu le 24 avril, ce fût d’abord le résultat  de « manœuvres » pour éliminer toute possibilité d’alternance  » classique  » par des  partis politiques « dits de gouvernement «  en ayant  ainsi comme adversaire Madame Le Pen jugée électoralement moins dangereuse.

Il a donc été réélu par une majorité qui, quoiqu’il en dise avec sa suffisance habituelle , n’a pas approuvé son programme. en dehors des 27,85% , soit un(e) Français(e) sur 5  qui avaient voté pour lui au premier tour , ce que les Français(es) lui ont confirmé les 12 et 19 juin en lui refusant une majorité à l’Assemblée Nationale, LREM ne disposant plus que de 170 sièges ce qui avec ses alliés  actuels  (dont on entend les doutes), 46 pour le MODEM et 29 pour Horizon, ne fait que 245 et donc un « manque » de 44 sièges pour atteindre les 285 nécessaires… (du jamais vu disais-je, en rappelant qu’en 1988, souvent comparé, il ne manquai que 13 voix à Michel Rocard).

Alors, depuis une semaine, on a tout entendu dans l’ordre  » du tout et de son contraire « , avec des groupes d’oppositions sollicités qui tous ont refusé, des « extrêmes » à priori écartés mais dont certains membres comme Ruffin et Quatennens ont cru bon de dire qu’ils refusaient d’entrer au gouvernement  (? ), un Yannick Jadot à l’attitude pour le moins  ambigüe  et un Robert Ménard sans doute près à  » sauter le pas « , (il n’est pas à « un pas près ») si on le lui demande…

Et ce n’est pas la manœuvre sur l’inscription de l’IVG dans la Constitution qui y changera quelque chose voire même qui aggravera les doutes (cf. les déclarations de François Bayrou après celle sur le profil considéré par lui nécessaire d’un Premier Ministre qui  » lui ressemblait comme un frère « )

C’est ce qu’on appelle en effet « perdre les pédales », ce dont  je ne me réjouis pas vu la gravité de la situation,

en rappelant simplement au Président que si on en est là c’est parce qu’il  a perdu les élections en raison de son bilan et de son projet 2022-2027 et qu’il n’a donc pas le droit d’en faire porter la responsabilité aux autres que lui et les siens !

Honnêtement, au jour d’aujourd’hui, je ne vois pas comment il pourra durer 5 ans, comment il pourrait nous imposer son programme et surtout, pire, comment il pourra sortir notre pays de l’ornière  dans laquelle il nous a fait tomber , voire comment il arrivera à nous éviter une situation et des crises bien plus graves encore !

Somme toute, « n’est pas  Jupiter ou Zeus qui veut  » même en essayant d’en parer  » les plus beaux atours « 

On n’a malheureusement pas fini d’en analyser, d’en vivre et d’en souffrir toutes les conséquences.

J’aurais pu être tenté d’arrêter à ce stade mon carnet 717 de ce lundi 27 juin 2022, mais c’aurait été trop injuste vis-à-vis de toutes celles et de tous ceux, élu(e)s locaux, agents des services publics, acteurs économiques, responsables et militants associatifs, citoyen(es) engagés dans tous les domaines…

La semaine écoulée a en effet bouillonné d’assemblées générales d’associations (VARS, Judo Club…) , de fêtes diverses dont celles de l’ESBVA et dans les quartiers le 21 juin pour la Fête de la Musique ; de concerts à l’Espace Concorde avec l’Ecole de Musique,  la Philharmonie d’Ascq, All Jazz, de fêtes d’écoles dont je ne compte plus le nombre, d’un spectacle de cirque,

d’une grande Fête de nos Moulins avec Jean Bruggman, de remises de prix et de médailles, sans oublier l’inauguration des vestiaires et du club house du stade Beaucamp avec l’US Ascq, son Président et 3 de ses prédécesseurs ,

voire même, le « Bal du Curé à Annappes » et l’inauguration de  » l’Estaminet de Flers Bourg « .

J’arrête là une liste loin d’être exhaustive et en m’excusant auprès de ceux que je n’ai pas cité.

Quelques mots quand même pour les élu(e)s concernés par nos 8 heures passées à la MEL ce vendredi 24 pour un bureau et un conseil avant sans doute 3 heures ce mardi 28 prochain pour notre Conseil Municipal villeneuvois…

« Comme dirait l’autre, on n’a et je n’ai pas chômé…

                mais c’est ça la vie »…dans et pour une belle Ville comme la nôtre .

                comme d’ailleurs dans bien d’autres Villes et Villages en cette fin de mois de juin…

Celles et ceux qui manœuvrent et qui magouillent pour des  » prises de pouvoir  » à Paris… devraient  se rappeler, s’en inspirer et je l’espère , sans  trop y croire,  cesser de nous diminuer voire de nous « garroter » nous les élus locaux de toutes sensibilités …

Et même si j’essaie toujours de me persuader « qu’il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer » ,

je ne peux éteindre la petite musique qui raisonne dans ma tête et qui reprend une expression célèbre dans nos  » campagnes d’antan  » :

                « On ne fait pas boire à un âne qui n’a pas soif ».

Lien Permanent pour cet article : http://www.rassemblementcitoyen.org/?p=7186